Federer, McEnroe : art, set et match…


Une fois de plus, John Mc Enroe réussit l’exploit à Londres. Non, pas un nouveau titre à Wimbledon, comme il l’avait fait à trois reprises, en réussissant notamment en 1981 à vaincre le champion dominateur d’une époque, le suédois Bjorn Borg, mais un succès d’un autre style, dans une salle de vente… Le tableau grand format (2007, 365×1036) « Helter Skelter » de Mark Bradford qui appartenait à sa collection, a atteint la somme remarquable de 10,4 m de $, en vente publique à Londres, le 08 mars 2018.

Car oui, art contemporain et tennis font bon ménage chez les champions de l’Open de Grande Bretagne. Dans un entretien avec Josh Baer, il déclare notamment : « De toutes les « vocations » que j’ai eu la chance de rencontrer en dehors de mon propre sport, la plus grande affinité que j’ai ressenti était pour les artistes. (…) Il y a des similitudes dans les récompenses si vous êtes capable de réussir ce que vous essayez d’accomplir – que ce soit moi qui essaie de gagner Wimbledon ou si c’est un artiste, de proposer une œuvre différente, qui restera. (…) Avoir la capacité de présenter de la nouveauté belle, malgré le regard des autres, de la critique, des grands artistes qui ont précédé – c’est quelque chose que je respecte vraiment et que je peux comprendre. Même si j’aime beaucoup de différents types d’art, en fin de compte, je trouve qu’il est très gratifiant de côtoyer des artistes vivants et de découvrir ce qu’ils ont à offrir – pendant que je suis là, pendant qu’ils sont là. C’est le plus émotionnellement gratifiant. »

Cette passion du moment, du « contemporain », elle est présente chez un autre champion de tennis, l’immense Roger Federer, et ses 20 grands chlems. En 2014, en marge de l’US Open cette fois, il déclarait à Sports illustrated : « Quand j’étais plus jeune, je ne comprenais pas comment on pouvait être inspiré par de l’art. Mais ensuite j’ai rencontré certaines personnes, je suis allé dans des galeries d’art, j’ai écouté de la musique. J’ai évolué. Peut-être que c’est parce que j’ai besoin de plus de motivation et d’inspiration pour être performant, alors qu’au début tu es tellement excité, comme un enfant dans un magasin de bonbons ! Au début, tu joues contre les gars que tu as vu à la télé… Aujourd’hui, j’ai plus besoin d’inspiration que lorsque j’étais plus jeune.  J’aime aujourd’hui l’art moderne. C’est important pour moi d’avoir l’esprit ouvert, de ne pas penser seulement au tennis. C’est une des choses que j’ai travaillé au fil des ans: quand je finis mon entraînement, je veux avoir la capacité de changer d’univers, et l’art que j’aime y contribue. »

Chez elandarts.com, nous ne vous ferons pas gagner Wimbledon : nous vous donnons les clés pour rencontrer ces œuvres qui vous permettront de vous échapper, tout en restant connecté à notre monde contemporain.

Bienvenue – bonne visite sur elandarts.com !

Peter Downsbrough

AND

120.00 €