Valère Novarina

Partager : linkedingoogle +twitterfacebook

Né en 1947, à Genève.

Valère Novarina est le fils de l'architecte Maurice Novarina (1907–2002) et de la comédienne Manon Trolliet. Il passe son enfance et son adolescence à Thonon-les-Bains, puis étudie la philosophie et la philologie à la Sorbonne.

En 1974, sa première pièce, L'Atelier volant est mise en scène par Jean-Pierre Sarrazac. En 1976, pour La Criée théâtre national de Marseille, il réalise Falstafe, une libre adaptation des deux Henry IV de William Shakespeare.

Il a mis en scène plusieurs de ses pièces : Le Drame de la vie, Vous qui habitez le temps, Je suis, La Chair de l'homme, Le Jardin de reconnaissance, L'Origine rouge, La Scène, L'Acte inconnu et Le Vrai sang.

Il a réalisé deux émissions pour l'Atelier de création radiophonique sur France Culture : Le Théâtre des oreilles (1980) et Les Cymbales de l'homme en bois du limonaire retentissent (1994).

Au cinéma, trois films ont utilisé des extraits de ses textes : Zanzibar, réalisé par Christine Pascal, Soigne
ta droite
et Nouvelle vague, réalisés par Jean-Luc Godard.

Il est entré au répertoire de la Comédie française, en 2006, avec L'Espace furieux.

A partir des années 80, Valère Novarina a intensifié ses activités de dessinateur et de peintre. Il réalise
ainsi plusieurs performances où il mêle les « actions » de dessin ou de peinture, le texte, et parfois la musique ou la vidéo : Une Journée de dessin, le 2 avril 1980, à la galerie Medamothi à Montpellier (455 dessins du lever au coucher du soleil) ; Le Théâtre est vide. Entre Adam..., pour violon, actrice et dessinateur, les 11 et 12 juin 1980, à la galerie Jacques Donguy à Bordeaux (1008 dessins de midi à l’aube) ; Le Théâtre séparé, performance et exposition, 14 décembre 1980, Galerie Arte incontri à Fara d’Adda, Milan ; Deux jours de dessins, performance et exposition, 12 et 13 mai 1981, à la galerie L’Ollave à Lyon ; La Chambre noire, deux jours de peinture, 17 et 18 novembre 1982, à la galerie A la limite à Dijon ; Générique performance et exposition : "V.N. dessine dans la tour saint Nicolas, à La Rochelle, les 2587 personnages du Drame de la vie", 5 et 6 juillet 1983. 

A Paris, la Galerie de France a présenté trois expositions de Valère Novarina : 2587 dessins
 (1987), La Lumière nuit : peintures, dessins, installation de travaux sur palette graphique (1990) et 78
figures pauvres
(février-mars 1994). Le Musée Sainte-Croix à Poitiers a réuni au printemps 1996, un grand nombre de ses travaux dans une exposition rétrospective intitulée L’Inquiétude rythmique. Un important ensemble de peintures et de dessins a été présenté en 1998 au Carré Saint Vincent à Orléans. Une exposition regroupant les 2587 personnages du Drame de la vie et un ensemble de photographies, retraçant son parcours de metteur en scène et de plasticien, a eu lieu au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon (octobre-novembre 2004). La Chapelle du Miracle d’Avignon a accueilli La lumière nuit en 2007 : une installation et des peintures. A Paris, la Maison de la poésie a exposé Valère Novarina à deux reprises, en 2008 avec 4 peintures, 111 dessins, 1 pierre et en 2011 pour Un temps, deux temps et la moitié d’un temps. La ville de Barcelone a accueilli en 2010 une vaste rétrospective consacrée aux 2587 personnages du Drame de la vie : Théâtre de dessins : 2587 personnages, 311 définitions de Dieu.

Il a reçu le Prix de littérature francophone Jean Arp 2011 pour l'ensemble de son œuvre. Un hommage lui a été rendu à Strasbourg les 30 et 31 mars 2012 à l'occasion de la remise de ce prix  dans le cadre des 7es Rencontres européennes de littérature.