Frédéric Galliano

Partager : linkedingoogle +twitterfacebook



Diplômé en 1992 de l'école des Beaux Arts de Valence.

Bien qu'accroché au mur, son travail  est revendiqué comme étant du champ de la sculpture. Sont mis en jeu des notions d'espace, de poids, de surfaces, de transparences, de matières avec : l'idée du moulage, des réserves, du porter-à-découvert, de systèmes géométriques et sériels. L'aplanissement de la sculpture ne fait, dans son vocabulaire, aucune référence à la peinture mais à l'idée d'appréhender valablement un volume d'un seul point de vue.

Ce travail est le fruit d'une recherche assez austère, rigoureuse et minimaliste. Le processus de création  est entièrement tourné vers la recherche de développement d'espaces autonomes appelés "Monades" en référence à la "Monadologie" de Leibniz.

Ces systèmes de constructions sont définis par l'apparition d'une réserve centrale : le "porter-à-découvert" comme nommé par Heidegger, réserve en devenir ou espace libre. Dans ses dernières monades, c'est ce "porter-à-découvert" qui est lui-même mis en matière. Plus de réserve mais la réserve elle-même incarnée par la matière.

Les systèmes de constructions des sculptures sont élaborés à partir de 4 angles identiques issus d’une forme carrée. Ces 4 angles étaient à l’origine, ce qui permettait à l'artiste de mouler, en plâtre, une forme carrée et plane d’1cm d’épaisseur. Il les a gardé comme son unité de travail.

Les différentes possibilités de formaliser ces systèmes, en plâtre (monades plans), en aluminium (monades transparentes)  ou plexiglas (monades translucides) produisent autant d'espaces de sculpture.

Le résultat, très synthétique, témoigne d'une réflexion où le hasard n'est là que pour amener une certaine poétique qui peut toujours s'insinuer dans un processus de fabrication préalablement établi : hasard des différentes possibilités d'assemblages de la manipulation des angles pour former les monades et leurs "réserves", "porter-à-découvert", hasards rétiniens...

Depuis 1993, Frédéric Galliano pratique la sculpture tout en menant une carrière internationale de Dj et producteur de musique électronique (sur le label F Communications) et africaine (sur son propre label Frikyiwa). Cette pratique musicale est menée avec la même rigueur que la pratique plastique.
 
Depuis 14 ans, invité dans de nombreux pays d’Afrique, d’Amérique, Japon, Australie, il réalise des projets musicaux (7 albums personnels, divers maxis, remix, lives et collaborations) et plastiques. Cela intègre une vision multimédia de la création et des points de vue ouverts sur différentes cultures et visions du monde.

Frédéric Galliano travaille aussi avec la designer Matali Crasset dans le cadre de performances lives, liées à l'album "Hi ! H" qu'il a réalisées à Nice, au Hi Hotel et à partir des considérations architecturales conçues par Matali Crasset.


Expositions :
-------------------------
Galeie Vincenz Sala, Paris
Drawing on / Exposition collective
Anne-Flore Cabanis, Frédéric Galliano, Natalia Jaime-Cortez, Jochem Hendricks,
Myriam El Haïk,Lucia Kempkes et Alberto Sorbelli

Exposition collective de dessins du 13 mars au 5 avril 2014
Galerie Vincenz Sala, 52 Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris


Frédéric Galliano sur Facebook
www.fredericgalliano.com

Voir sa page Coup de Coeur