Jean Dubuffet

Partager : linkedingoogle +twitterfacebook

Jean Philippe Arthur Dubuffet (Le Havre  31 juillet 1901 - Paris  12 mai 1985 )

Peintre, sculpteur et plasticien français.

Il est  le premier théoricien de l'Art Brut et l’auteur de vigoureuses critiques de la culture dominante notamment dans son essai Asphyxiante culture.
Il se rend à Paris en 1918 pour étudier la peinture à l’Académie Julian qu'il quitte après seulement six mois pour étudier indépendamment. En 1924, doutant de son art, il cesse de peindre, se marie et reprend le commerce familial. Il ne se consacre à nouveau aux arts plastiques qu'en 1942. Sa première exposition personnelle a lieu en 1944. Il côtoie ensuite les surréalistes en 1948, puis le Collège de Pataphysique en 1954 et connaît la célébrité. Il travaille entre Paris, Vence et Le Touquet.
En 1962, il fait une série de dessins au stylo, de manière un peu automatique, débutant ainsi le cycle de l’Hourloupe, se caractérisant par des à-plats rouges, bleus, blancs et noirs. Le nom est le titre d'un livre contenant des dessins au crayon à bille.Il débute une série de sculptures sur le même principe à partir de 1966, utilisant particulièrement le polystyrène. Grâce au pantographe, Il réalise en 1970 plusieurs espaces de grande taille : son jardin d'hiver (acquis par le Centre Georges-Pompidou en 1973) ainsi que la villa Falbala avec sa closerie (actuellement à Périgny-sur-Yerres dans le Val-de-Marne). Son groupe des 4 arbres est inauguré à New York en 1972.
En 1974, il crée la Fondation Dubuffet à Paris, à laquelle il lègue ses archives et un échantillon important de sa production.
À partir de 1975, il change à nouveau de style, réintroduisant la polychromie dans ses œuvres. Il décède le 12 mai 1985 et est enterré à Tubersent dans le Pas-de-Calais.

Dubuffet invente le terme Art brut pour l’art produit par des non-professionnels travaillant en dehors des normes esthétiques convenues, ou restés à l’écart de l’enseignement traditionnel de l’art : il s'intéressera particulièrement à la production picturale des malades mentaux, des prisonniers et des enfants ; ou encore aux graffitis. Dubuffet a cherché à valoriser la création « franche », dégagée de la sécheresse des codes bourgeois et de l’intellectualisme. Son travail et ses analyses se réclament souvent d'un art primitif ou enfantin : « En vérité, je suis le seul homme au monde à peindre comme tout le monde », déclarait-il. De nombreuses œuvres de Dubuffet utilisent des techniques mixtes de peinture à l'huile épaissie avec des matériaux comme le sable, le goudron et la paille, donnant à ses pièces une surface exceptionnellement texturisée et une consistance rugueuse.

 

Extraits issus de Wikipedia.org