William Barton

Partager : linkedingoogle +twitterfacebook


William Barton

William Barton est considéré comme l’un des plus grands interprètes et compositeurs de didgeridoo en Australie, il est aussi l’ambassadeur idéal de sa culture ancestrale.
Né à Mount Isa dans le nord-ouest du Queensland, William se forme tout enfant au didgeridoo grâce à un oncle, un grand ancien des tribus Wannyi, Lardil et Kalkadunga de l’ouest du Queensland. En 1998, à l’âge de 17 ans, il se produit pour la première fois dans un concert classique avec l’Orchestre symphonique du Queensland. 
 
Il collabore fréquemment depuis 2001 avec le compositeur australien Peter Sculthorpe qui a composé pour lui Requiem – pièce pour orchestre, choeur et didgeridoo, créée en 2004 au festival d’Adelaide avec l’Adelaide Symphony Orchestra et au Lichfield Festival en Grande-Bretagne avec le City of Birmingham Symphony Orchestra – et réarrangé cinq de ses compositions (Earth Cry, Songs of Sea and Sky, Mangrove, Kakadu et From Ubirr) pour intégrer le didgeridoo dans la partition.

Barton a enregistré les cinq oeuvres citées avec l’Orchestre du Queensland sous la direction de Michael Christie. Le CD de 2004, Songs of Sea and Sky (ABC Classics 476 192-1) a été désigné « Meilleur album classique » par l’Australian Recording Industry Association (ARIA). Requiem est sorti chez ABC Classics à la fin 2006.

William travaille avec d’autres compositeurs australiens, notamment Ross Edwards, Matthew Hindson, Sean O’Boyle et Philip Bracanin. La pièce pour orchestre, didgeridoo et flûte de Liza Lim, The Compass [la boussole], commande conjointe du Sydney Symphony Orchestra et de l’Orchestre du Bayerischer Rundfunk a été créée à l’Opéra de Sydney en août 2006. La première à Munich a eu lieu en janvier 2007.

On l’a vu récemment dans toute une série de festivals de Sydney à Melbourne, d’Edmonton en Estonie et au Japon, tandis qu’il faisait ses débuts avec le London Philharmonic Orchestra au Royal Festival de Londres.

William s’est produit en soliste dans une oeuvre de théâtre musical multimédia au Queensland Music Festival, Credo The Innocence of God, un projet de Fabrica avec le Badisches Staatstheater Karlsruhe. Composée et dirigée par Andrea Molino, l’oeuvre était simultanément diffusée par satellite à Belfast, Istanbul, Jérusalem et Brisbane. William a résidé pendant trois mois en Italie, collaborant avec les musiciens de Fabrica en amont de la première représentation de l’oeuvre au festival.

En 2005 également, William a été invité à la Cité de la musique de Paris dans un projet de musique aborigène d’Australie. En novembre 2006, il est revenu à Paris pour la première européenne d’une composition personnelle pour quatuor à cordes, didgeridoo et voix au centre Pompidou – Journey of the rivers [Le voyage des fleuves].

2006, riche en événements importants, a aussi vu une tournée allemande avec le Queensland Ballet et des concerts avec les Sydney Symphony Orchestra, Tasmanian Symphony Orchestra, Western Australian Symphony Orchestra et le Sydney Philharmonia.

En 2007, William se produira avec les Brooklyn Philharmonic Orchestra, Reno Chamber Orchestra, West Australian Symphony Orchestra et le Queensland Music Festival, sans oublier un concert à la Biennale musicale de Venise.

Les collaborations et commandes régulières de William avec des orchestres, des directeurs de chant et des compositeurs en Australie, Amérique et en Europe annonce un avenir fort et prometteur pour l’instrument et l’héritage culturel australien.

William Barton a d’ailleurs l’intention de faire connaître au public du monde entier le potentiel virtuose de son instrument ainsi que la richesse de sa culture. Il espère faire découvrir dans cette musique non pas l’illustration d’un exotisme désuet, mais un processus vivant, dynamique, exigeant une technique impeccable, de l’endurance et beaucoup de travail, comme c’est le cas pour n’importe quel musicien classique professionnel former de manière conventionnelle.

Pour visiter le site de William Barton : www.williambarton.com.au