Francis Bacon

Partager : linkedingoogle +twitterfacebook
Né en 1909 (Dublin) - Décédé en 1992 (Madrid)

Bacon naît à Dublin en Irlande de parents anglais. La famille fait plusieurs fois l'aller-retour entre Dublin et Londres durant son enfance. C'est un enfant maladif (asthme) et son père essaye de le « renforcer » en le fouettant. Il est rejeté par sa famille lorsque son homosexualité est découverte (une anecdote veut que son père l'ait renvoyé du foyer familial à l'âge de 17 ans après l'avoir surpris en train d'essayer les sous-vêtements de sa mère).

Bacon passe plusieurs années à Berlin, puis à Paris où il mène une vie de bohème. De retour à Londres, il s'installe comme décorateur et peint ses premières toiles sous la forte influence du surréalisme et de Picasso dont il a pu admirer les dernières toiles lors de son séjour à Paris.

Bacon est largement un artiste autodidacte. Parmi ses influences, on reconnaît Pablo Picasso bien sûr et Diego Vélasquez, Nicolas Poussin ou encore Rembrandt. Au cours d'un entretien, il affirma que son influence du surréalisme ne provenait pas d'un peintre, mais des films de Luis Buñuel. Il traita plus tard ses premiers travaux avec dédain et détruisit la majeure partie de ses œuvres antérieures en 1944.

1945 marque son entrée officielle dans le monde de la peinture avec « Trois études de figures au pied d'une crucifixion ». Le tableau, d'une rare violence expressive, choque au lendemain de la seconde guerre mondiale où l'on préfèrerait oublier les images d'horreur que celle-ci a engendrées.

Ces corps ramassés à l'extrême, tordus et écrabouillés, musculeux, disloqués, ravagés, ces distorsions crispées, ces contractures paroxystiques, ces poses quasi acrobatiques, sont d'abord signes de fulgurances nerveuses et d'un emportement furieux, presque athlétique, plus somatiques que psychologiques de la mystérieuse animalité d'anthropoïde solitaire et désolée qui est en chaque homme.

Au cours de sa carrière, Bacon affina son style, délaissant les images de violence crue de ses débuts pour préférer « peindre le cri plutôt que l'horreur », prônant que la violence doit résider dans la peinture elle-même non dans la scène qu'elle montre.

On s'accorde à penser que Picasso et Bacon sont les deux peintres majeurs du XXe siècle, on remarqua qu'aucun des deux n'abandonna la représentation de la figure humaine, ni ne produisit de toile abstraite.

Librairie

Francis Bacon

Bacon

Serge Fauchereau
20.00 €