Pierre Alechinsky

Partager : linkedingoogle +twitterfacebook

Pierre Alechinsky est né en 1927 à Bruxelles, Belgique. Il vit et travaille en France. Peintre et graveur , il réunit dans son œuvre expressionnisme et surréalisme.

De 1944 à 1948, il étudie l'illustration du livre, la typographie, les techniques de l'imprimerie et la photographie à l'Ecole nationale supérieure d'Architecture et des Arts visuels de La Cambre à Bruxelles. C'est pendant cette période qu'il découvre l'œuvre d'Henri Michaux, de Jean Dubuffet et des surréalistes. Il rencontre et se lie d'amitié avec le critique d'art Jacques Putman, qui consacrera de nombreux écrits à son œuvre. Il commence à peindre en 1947 et fait alors partie du groupe «Jeune peinture belge», qui réunit notamment Louis van Lint, Jan Cox, et Marc Mendelson.

Pierre Alechinsky devient très rapidement l'un des acteurs majeurs du monde artistique belge de l'après-guerre. Il fonde avec Olivier Strebelle, dans une maison communautaire, les Ateliers du Marais. Après sa rencontre avec le poète Christian Dotremont, l'un des fondateurs du groupe CoBrA (mouvement créé en 1948, regroupant des artistes issus de COpenhague, BRuxelles et Amsterdam, qui préconise un retour à un art plus provocant, agressif et audacieux), il adhère en 1949 à ce mouvement d'avant-garde artistique, rejoignant Karel Appel et Asger Jorn. Il participe aussitôt à la «Première exposition internationale Cobra» au Stedelijk Museum d'Amsterdam.

Pendant la brève existence du groupe, il s'y implique très fortement, organisant des expositions, comme la «Deuxième exposition internationale d'art expérimental Cobra» au palais des Beaux-Arts de Liège (1951), et contribuant à la réalisation de la revue «Cobra». Le rôle capital que joue pour lui le mouvement CoBrA tient autant aux personnes qu'aux idées défendues : spontanéité sans frein dans l'art, d'où rejet de l'abstraction pure et du «réalisme socialiste», refus de la spécialisation.

Après la dissolution du groupe CoBrA, dont il perpétuera l'esprit («Cobra, c'est mon école», a-t-il pu dire), Pierre Alechinsky s'installe à Paris, où il va côtoyer les surréalistes. Il va compléter sa formation de graveur et s'initier à de nouvelles techniques à l'Atelier 17, dirigé par Stanley William Hayter. C'est l'époque, à partir de 1952, où il se lie d'amitié avec Alberto Giacometti, Bram van Velde, Victor Brauner et où il commence une correspondance régulière avec le calligraphe japonais Shiryu Morita de Kyoto.

En 1954, il fait la connaissance du peintre chinois Wallace Ting, qui aura une grande influence dans l'évolution de son œuvre.

Alechinsky présente, cette même année, sa première exposition personnelle à la galerie Nina Dausset, à Paris. Sa première grande exposition est organisée en 1955 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. En 1958, c'est l'Institute of Contemporary Arts de Londres qui accueille ses œuvres (Alechinsky : encres). En 1960, lors de la XXXe Biennale de Venise, il expose au Pavillon belge.

Il abandonne progressivement l'huile pour des matériaux plus rapides et plus souples comme l'encre, qui lui permet de donner libre cours à un style fluide et sensible. Fasciné par la calligraphie orientale, dont la spontanéité l'attire, il effectue plusieurs voyages en Extrême-Orient et tourne en 1955 à Kyoto un film documentaire sur cet art traditionnel japonais.

Il effectue, à partir des années soixante, de fréquents séjours à New York, où il découvre en 1965 une technique qui lui conviendra bien, la peinture acrylique, à laquelle l'initie Wallace Ting. Cette même année, il créée son œuvre la plus célèbre «Central Park», avec laquelle il inaugure la peinture «à remarques marginales», inspirée de la bande dessinée, où l'image centrale est entourée, sur les quatre côtés, d'une série de vignettes destinées à compléter le sens du tableau. L'interaction entre les deux zones est à la fois énigmatique et fascinante.

Galerie

Pierre Alechinsky

Troll

1700 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Cigüe

400 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Cursive

1200.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Si près

450.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Moebius

800.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Seoul

700.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Tardieu

1000.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Silence

700.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Salzburg

950.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Laeso

1100.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Néon

300.00 €

Librairie

Pierre Alechinsky

Neue Bilder

Pierre Alechinsky, {Jean Clair}
20.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Forêt

375.00 €

Galerie

Pierre Alechinsky

Tête

375.00 €